Article

Coup de Gueule!

On s’était débarrassé des pièces jaunes pour le nouveau Franc et au moment du passage à l’euro, on a des pièces dégueulasses qui traînent dans notre portefeuille… Ras le bol!

Auteur

maria.barbier@live.fr

Commentaires

Vivre est un village
25 mars 2021 à 10h49

Que les bons ne paient pas pour les pires……

Rien de nouveau sur ce front, ton bel objectif est intact !!!

Notre équipe, s’est complété de

Thomas Coutrot, Pierre Khalfa, Jacques Rigaudiat, abonnés à Mediapart et co-auteurs de

Le camp de l’hétérodoxie annulationniste de la dette publique se renforce.. | Le Club de Mediapart

Ainsi que de Éric Berr, Léo Charles, Arthur Jatteau, Jonathan Marie et Alban Pellegris co-auterus de :

https://blogs.mediapart.fr/les-economistes-atterres/blog/230321/dette-publique-penser-le-long-terme

A bientôt.
Amitié.

Bise



Vivre est un village
26 mars 2021 à 8h59

https://www.youtube.com/watch?v=lag_j30SlOc

https://blogs.mediapart.fr/jeanpaulyveslegoff/blog/300910/spinoza-passions-tristes-et-passions-joyeuses-selon-deleuze#mce_temp_url%23

Pour faire plus simple :

côté passion triste Jean Tirole/HENRI STERDYNIAK

côté passion joyeuse Bernard Maris/ YVES BESANÇON

Le rugby donne dans le trafic

12 OCT. 2019PAR C’EST NABUMBLOG : LE BLOG DE C’EST NABUM

La révélation.

https://blogs.mediapart.fr/c-est-nabum/blog/121019/le-rugby-donne-dans-le-trafic

Le sport et son langage fleuri nous imposent souvent un terme nouveau qui fait flores.

La métaphore est à la fête d’autant plus aisément que ce n’est pas le jeu du quinze de France qui pousse à l’enthousiasme.

Nous avons eu dans le passé des expressions hautes en couleur, chargées d’une culture agraire qui savait conserver les pieds dans la terre.

C’était une époque Rugby cassoulet, un art de vivre en somme qui s’est estompé avec le professionnalisme.

Rien n’était plus terrible que lorsque les mouches changeaient d’âne tandis que c’était à la fin de la foire qu’on comptait les bouses.

La langue était verte, le flair aussi français que la truculence. Les commentateurs ne se faisaient pas alors comptables de statistiques aussi mièvres que castratrices ; sans prise de risque, le sport devient une science lancinante !

« Le joueur revient dans le trafic ! »

Mais de quel trafic est-il question ? J’avais jusqu’alors la naïveté de croire à la beauté de ce sport réservé aux déménageurs de piano.

Les virtuoses ne se roulaient pas par terre au moindre petit choc, ils avaient le dos large et la robustesse ad-hoc.

Le chichi n’était pas de mise sur un pré où le coq chantait même les deux pieds sur le tas de fumier.

———————————————–

Un match à gagner côté passion joyeuse !!!

Un grand merci pour ta promesse de te réabonner à Mediapart !!!

Bise



Répondre à Vivre est un village Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *