Article

Le mot d’Europe Ecologie les verts

Les utopistes d’hier sont les réalistes d’aujourd’hui….

LEO. Les vrais réalistes ? les écologistes !

 

Pendant des décennies, tous les élus en place, sénateur Dufaut en tête, se sont accrochés à un mauvais projet: celui d’une route à quatre voies en zig zag sur la Durance. Un désastre environnemental, un gâchis financier… qui a fait longtemps l’unanimité ! Jusqu’à 2014 et la présidence Roubaud, où deux conseillers écologistes, Olivier Gros et Jean-Pierre Cervantes, ont commencé à alerter leurs collègues sur les défauts de ce tracé, néanmoins approuvé par tous les autres élus sans exception à l’occasion du vote du Plan Intercommunal de Déplacements Urbains).

L’Etat, pour sa part, s’est comporté en schizophrène : à la fois auteur du projet, par ses services de la DREAL, et procureur, avec le rapport Duron en 2019, puis celui de l’Autorité Environnementale en juillet 2020,  véritable réquisitoire que nous vous invitons à lire gràce au lien ci-dessous et dont les têtes de chapitre sont :

Biodiversité : un tracé écocide.

Continuités aquatiques et risques d’inondation : pas de mise à jour du dossier.

Bruit: les habitants de l’Amandier passés en pertes et profits.

Impact Pollution de l’air : études incomplètes.

Impact CO2 : + 15%.

Pourtant, et suite sans doute à ce rapport, le ton, ces dernières semaines, a changé.

Les maires des deux rives de la Durance, prenant acte de la condamnation de facto du  vieux tracé écocide, ont commencé à s’intéresser aux pistes de travail préconisées jusqu’ici sans succès par les écologistes : mise en gratuité,à la manière aixoise, du tronçon A7 bordant Avignon, ouverture du barreau raccordant A7 et A9 au Sud d’Orange, raccordement du tronçon existant de la LEO aux voies existantes côté Bouches du Rhône, et connexion à l’A7 par une nouvelle entrée à Cabannes. Avec une signalétique et une réglementation permettant une répartition équitable du trafic local entre les deux rives et la prise en compte du projet structurant d’extension du MIN à Chateaurenard.

 

Tels sont aujourd’hui les axes défendus par celles et ceux qui nous reprochaient encore il y a peu de tenir, seuls, ces positions. Alors, comme on dit, mieux vaut tard que jamais, et tant mieux si le bon sens arrive à l’emporter. Pensez-y , chers lecteurs, quand il s’agira demain d’évoquer d’autres dossiers (aéroport, berges de la Barthelasse, accueil des exilés…) sur lesquels nous sommes également bien seuls à proposer autre chose que des options « officielles » présentées comme évidentes.  Comme le dit très bien le maire de Bordeaux Pierre Hurmic: « Ceux qui refusent de voir qu’on ne peut plus vivre comme on l’a fait ces dernières décennies sont des obscurantistes. »

 

 

 

Ce que dit l’Autorité Environnementale (extraits)

L’A.E.  « considère nécessaire de procéder à une actualisation de l’étude d’impact du projet en conformité avec la réglementation, notamment sur les différentes thématiques liées à l’eau(risque inondation, continuités écologiques…) ou encore les volets spécifiques aux infrastructures de transports visés à l’article R. 122-5 III du code de l’environnement. Au regard de l’obsolescence de l’analyse des variantes, l’Ae considère également nécessaire de reprendre l’analyse en profondeur, voire de reconsidérer le projet pour tenir compte du contexte actuel et futur. Un nouveau dossier intégralement repris devrait lui être de nouveau présenté ».

Lire le Rapport de l’Autorité Environnementale

 

Merci à vous tous !

Notre score de 15%, au premier comme au deuxième tour,  conforte la place de l’écologie politique à Avignon. Notre Groupe Local EELV se renforce avec l’adhésion de très nombreux avignonnais. La porte est grande ouverte, n’hésitez pas à nous contacter !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur

maria.barbier@live.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *