Article

Une bonne année et une bonne santé…suivies

« Bonne année, bonne santé , la paille [*au cul*] pour toute l’année »,
voilà la formule ancestrale que m’avait transmise mon grand-père, troisième génération d’immigrés ilatiens, naturalisés en 1857.


Pourquoi la paille au cul ?
Les premiers colons – ces immondes esclavagistes capitalistes – dormaient alors sur des paillasses. Lorsque la paille pour les garnir était abondante, en couche confortable et qu’on pouvait la changer plusieurs fois dans l’année, cela signifiait que les récoltes de blé avaient été généreuses et que, partant, le bien-être, sinon l’aisance et la richesse, était assuré pour l’année.
La paille était donc un signe de prospérité en même temps que de confort …
En somme, souhaiter de la paille, c’était souhaiter du bonheur…
Jacques TORRES

Auteur

maria.barbier@live.fr

Commentaires

Alice Ho
19 janvier 2022 à 5h45

https://lundi.am/Liquider-l-or

Et la morte alors, l’activiste. Elle devait être connue là-bas, ça oui. Elle avait peut être de la famille ou ce qui pouvait en rester. Ou peut-être était-ce que nous n’avions pas la notion en partage. Oui, c’était plus que probable. À la cérémonie, sa famille n’était pas venue, tant pis. Mais si elle n’était pas importante alors je n’aurais pas eu à être là, au ralenti dans ce taxi, et plus tard au ralenti sur d’autres routes que j’imaginais déjà éprouvantes.

C’était à moi de la rendre importante alors, cette activiste, la morte, de la faire exister par la plume, sous chaque angle, de la disséquer. Je me doutais bien qu’elle pouvait exister comme un grain de sable quelconque existe sur la plage inconnue d’une crique oubliée. Il y a des personnes qui existent sans qu’on ne les rencontre jamais. C’était pour elle que j’étais là, c’était mon travail. Son temps à elle était fini mais peut-être pas sa lutte, leur lutte. Non, l’envie zéro. Je ne suis pas un sauveur, j’aurais dû être chez moi. Je voulais prendre mes jambes à mon cou, voilà tout. J’avais la sensation qu’on me volait une partie de mon temps. Mais c’est quoi le temps maintenant. »







Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *